-A +A
Partager sur Facebook
ACTUALITÉS RÉGIONALES

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Les Premiers Peuples 

En raison des inégalités en matière de santé (MacMillan, H. L., MacMillan, A. B., Offord, D. R. et Dingle, J. L.,1996), les Premiers Peuples (PP) présentent une prévalence plus élevée de développer des problèmes de santé tels que l’obésité, le diabète, l’hypertension, etc. (Santé Canada, 2016). En raison de ces fortes prévalences, les PP sont amenés à consulter pour des services de santé à la fois en soins de santé primaires, secondaires ou tertiaires. Or, il s’avère que malgré les besoins en matière de santé, ces derniers font face à plusieurs obstacles quant à l’accessibilité aux soins de santé (Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador, 2016) notamment les préjugés et les comportements racistes (Allan, B. et Smylie, J., 2015; Conseil canadien de la santé, 2012; Tousignant et Mortin, 2012). L’historique des rapports de pouvoir entre les PP et les peuples colonisateurs est particulièrement présent dans la mémoire collective des Canadiens étant donné tous les enjeux historiques et actuels. Ces enjeux entre les allochtones et les PP se véhiculent depuis des décennies. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces rapports qui sont toujours d’actualité : les problèmes de communication, l’incompréhension de l’autre culture, le système de santé adapté pour la majorité, les allochtones, etc. Bref, les relations et les interactions entre les divers services de santé, la population allochtone et les PP sont la plupart du temps tendues et dépendent de l’histoire de tout un territoire. L’approche interculturelle auprès des PP requiert une rigueur et des compétences au regard de plusieurs aspects. Bien que l’approche interculturelle soit assez simple à appliquer, il demeure que des lacunes importantes sont tout de même observées dans les interventions des professionnels de la santé auprès des PP. La littérature est claire (Conseil en éducation des Premières Nations, 2020; OIIQ, 2020), ces compétences ne sont visiblement pas encore acquises en 2021, car plusieurs tragédies ont encore lieu dans nos centres hospitaliers. OBJECTIFS DU PROJET: 1) offrir une expérience interculturelle en milieu nordique aux étudiants en soins infirmiers; 3) outiller nos futurs professionnels (FP) à adapter leurs interventions en respectant les caractéristiques relatives aux PP. CLIENTÈLE VISÉE: les étudiants du programme de Soins infirmiers (4e session) du Cégep de Chicoutimi vivront une immersion dans une communauté nordique. IMPLANTATION: la première cohorte (N=4) est partie en 2016 vers le village de Puvirnituq, à la Baie d'Hudson. Ensuite, des cohortes ont suivi à raison d'une fois par année (N=21 pour 2016 à 2020). Le contexte pandémique n'a pas permis l'exposition clinique en 2021, mais 2 cohortes sont prévues en 2022.). 

Le développement et la réalisation des stages dans le Grand Nord sont une innovation au niveau collégial. Cela permet aux étudiants d'avoir une expérience pédagogique dans un contexte clinique riche tant au niveau des apprentissages, des collaborations interprofessionnelles que de l'approche interculturelle. Ce stage permet de porter un regard différent sur la profession infirmière, car ils réalisent rapidement l'étendue de la pratique infirmière et l’autonomie que celle-ci procure. La pensée critique, l'analyse et l'interprétation des données, le jugement clinique, la communication sont des savoirs essentiels pour intervenir de façon rigoureuse auprès des PP. Les enjeux en lien avec les soins de santé sont différents sur ce territoire qui fait pourtant partie du Québec et les étudiants doivent posséder une capacité d'adaptation rapide, relatant la profession infirmière actuelle. Un changement de pratique s'impose pour les étudiants, ils doivent prendre le rythme culturel des communautés inuites. Les réalités culturelles et sociales sont différentes et les étudiants doivent agir avec humanisme envers les PP. Les différents savoirs (savoir, savoir-être et savoir-faire) acquis lors de la formation collégiale sont tous mobilisés afin d'offrir des soins de santé de qualité. Tout au long du stage, la sécurité des apprenants ainsi que des PP est assurée tant au niveau psychologique, physique que culturelle. CChic dans le Nord permet à un groupe d'étudiants du Cégep de Chicoutimi inscrits au programme de Soins infirmiers de réaliser un stage crédité de 2 semaines dans un Centre de santé Inuulisivik à Puvirnituq en contexte de pratique avancée et de diversité culturelle. En effet, les étudiants sont rapidement intégrés dans la population inuite qui compte environ 1500 habitants. La pratique infirmière en contexte de région éloignée requiert des connaissances et des compétences spécifiques reliées autant à la population qu'à la pratique infirmière elle-même. Plus spécifiquement, durant leur stage, les étudiants offrent des soins de santé à différents endroits, soit au Centre de santé, au dispensaire, en soins à domicile et dans les autres ressources de la communauté. Plusieurs partenariats sont essentiels pour bien comprendre la réalité de cette population. Les étudiants se rendent rapidement compte que les soins de santé sont donnés en collectivité et que tous les intervenants impliqués sont nécessaires pour assurer la qualité et la sécurité des soins. Ce projet sensibilise les futurs professionnels (FP) de la santé à porter un regard critique sur la pratique infirmière et l'importance accordée à celle-ci. Les partenariats avec les autres professionnels de la santé (médecin, sage-femme, psychologue, travailleur social, infirmière en rôle élargi, infirmière clinicienne, préposé aux bénéficiaires, équipe d'évacuation médicale, etc.) ainsi que les différents réseaux (santé et scolaire) permettent une approche pédagogique intégrée, novatrice, stimulante et surtout diversifiée. Ce parcours de stage différent prépare les étudiants à atteindre les compétences du programme de Soins infirmiers. De plus, l'enjeu de la diversité culturelle est omniprésent dans ce stage et les étudiants développent des compétences culturelles qui seront transférables dans le réseau de la santé québécois. La formation à la réalité des PP est essentielle dans le curriculum de formation des étudiants, et ce afin d'intégrer l'approche culturelle à leur savoir-être. Ces étudiants exerceront leur leadership comme FP afin de faire une différence et surtout de tenter de diminuer les multiples tragédies encore présentes en 2021. Le rôle élargi des infirmiers/ères du Nord amène une vision aux étudiants des compétences à acquérir en évaluation clinique avancée, sur la rédaction légale des notes infirmières (méthode SOAP), les différentes pathologies les plus rencontrées en région éloignée, les accouchements d'urgence, les suivis infantiles, l'immunisation, etc., et toutes les compétences à développer comme FP.

Rôle de l’enseignante responsable : Nancy Vaillancourt, B. Sc. inf

Le rôle de l'enseignante-infirmière responsable (NV) est de faire les ponts avec les communautés et développer les liens avec la Régie de la santé du Nunavik afin d'établir les faisabilités des projets. L'enseignante-infirmière accompagne un groupe d'étudiants (N=4) tout le long de leur stage. Elle s'assure que toutes les compétences requises avant et après le stage soient atteintes. Les encadrements sont conjointement assurés par l'enseignante et les intervenants des différents milieux cliniques. Les équipes d'infirmiers/ères du milieu (Puvirnituq) sont mobilisées lors de la préparation du stage. Les besoins en promotion de la santé sont définis autant en amont que pendant la préparation au stage selon les réalités vécues par cette population. Considérant la réalité nordique changeante, des projets créatifs sont établis à chacun des stages afin de répondre à de réels besoins issus de la santé communautaire. Par exemple, des ateliers de promotion de la santé sur les infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS), sur l'hygiène buccodentaire, sur le consentement éclairé aux relations sexuelles, etc. Pendant la période du stage, les étudiants ont la chance d'être accompagnés autant par l'équipe en soins infirmiers que par l'équipe médicale du Centre de santé Innulitsivik, donnant ainsi des partages d'expertises riches. La diversité des cas cliniques et de la clientèle amène les étudiants à avoir un stage comportant plusieurs défis et aussi à utiliser leur jugement clinique dans diverses situations. Une belle collaboration s'est établie entre les infirmières du Nord et les étudiants du Cégep de Chicoutimi. Les infirmières viennent à 2 reprises rencontrer les étudiants afin de les sensibiliser à la diversité culturelle et la réalité du milieu. Toute la population (intervenants et PP travaillant au Centre de santé) intègre les étudiants autant socialement, culturellement que professionnellement. Les étudiants ont accès à la même préparation que les nouveaux professionnels œuvrant au Nord. Les demandes de stage ont été faites auprès de la Régie de la santé et des services sociaux du Nunavik (RSSSN) et les négociations auprès de cette instance ont été faites en 2015 pour ainsi constituer l'équipe de soins infirmiers et évaluer la faisabilité d'un tel stage. La direction du Cégep de Chicoutimi a été également consultée pour intégrer ce stage crédité dans le curriculum de formation des étudiants. L'innovation est perçue positivement par les 2 entités, car des projets sont actuellement en discussion afin de faire de la rétention auprès de nos stagiaires en créant des ententes gouvernementales. Le manque d'hébergement est un enjeu du Nord. Afin de contrer ce problème, un organisme sans but lucratif (OSBL) a été créé facilitant l'accès au stage. Mme Vaillancourt siège à un conseil d'administration et participe au déploiement du centre d'hébergement. Plusieurs collaborations permettront la mise en place d’une résidence pour accueillir les stagiaires en santé au cœur même du village de Puvirnituq.

La complémentarité se fait à plusieurs niveaux, en commençant par le partage d'expériences des divers intervenants en santé et des services sociaux. L'intégration de leur milieu permet aux étudiants de comprendre réellement les différents concepts socioculturels tels que les différents ouvrages tentent d'expliquer. Lors de leur stage, les FP prennent conscience de différents aspects en lien avec leurs rôles et leurs responsabilités personnelles et professionnelles envers ces populations (PP) socialement et culturellement différentes. Cette complémentarité permet également d'outiller les FP de la santé à renforcer et à adapter leurs relations et leurs interventions en lien avec la clientèle des PP avec un désir de comprendre et de respecter les valeurs, les modes de vie, les comportements et les pratiques culturelles d'autrui. Elle permet également aux étudiants de porter un regard différent sur la profession infirmière, sur les PP et de s'ouvrir aux pratiques différentes toujours en maximisant la qualité et la sécurité des soins de santé. Les constats à la suite des différentes expériences (stage) amènent des changements de vision, de culture, de valeurs auprès de nos instances. Par le témoignage des étudiants ayant vécu le stage, l'effet positif de cette exposition se répercute à divers niveaux: le corps professoral, les directions du Cégep de Chicoutimi, les collègues étudiants, les familles et les amis des stagiaires. Cela aura des répercussions positives lorsqu'ils seront actifs dans le réseau de la santé. Ils seront déjà sensibilisés à la sécurisation culturelle et seront par le fait même, des vecteurs de conduites éthiquement optimales.

Plusieurs bénéfices ont été documentés de façon qualitative. Quoique les données sont encore préliminaires étant donné le contexte pandémique et l'absence de stage en 2020 et 2021.

Les bénéfices pour la clientèle: les populations des PP ont de grands besoins; les étudiants ont pu répondre à des besoins ponctuels, tout en prévention et en promotion de la santé. Des programmes d'éducation à la santé au secondaire ont été montés selon les besoins ciblés par les PP. Les intervenants scolaires du Nunavik ont noté un taux de participation plus grand lorsque les activités de promotion de la santé auprès des jeunes du primaire et du secondaire étaient réalisées par des FP (étudiants en soins infirmiers).

Les bénéfices pour les infirmières et les infirmiers: les étudiants en soins infirmiers qui sont de retour de leur stage dans le Nord se démarquent par leur leadership, leur implication sociale, leur réussite et leur persévérance dans la poursuite de leur curriculum de formation. Outre le développement des compétences que requiert le programme, les étudiants ont également développé des compétences transversales telles que l'ouverture d'esprit, la capacité d'adaptation au changement, le sens des responsabilités et leur confiance. Les milieux nordiques ont amorcé la réflexion de permettre à des étudiants, ayant déjà vécu le stage, de bénéficier d'une expérience professionnelle tant en externat qu'en tant que candidat à l'exercice de la profession infirmière (CEPI). La pandémie actuelle a été une embuche à ce déploiement.

De plus, l'expérience nordique les incite, par le fait même, à poursuivre leurs études au niveau universitaire (N=21) afin de développer leurs compétences infirmières.

L'organisation de l'efficacité et de l'efficience: que ce soit la RSSSN ou la commission scolaire, les projets développés peuvent être réinvestis à travers le temps selon les besoins de la communauté ou des professionnels qui y travaillent. Il est intéressant de poursuivre les projets déjà débutés durant les stages antérieurs.

Le Cégep de Chicoutimi déploie les ressources et les efforts nécessaires afin de continuer à développer ce projet et d'en assurer la pérennité. Mme Vaillancourt coordonne le projet et est toujours en constante communication avec la RSSSN afin de garder et tisser à nouveau les liens. De plus, plusieurs développements en lien avec les stages dans le Nord sont en cours. Une entente de partenariat a été prise avec la communauté de Puvirnituk et les différents acteurs du milieu afin de construire un bâtiment qui servira à loger les apprenants, notamment de la santé, qui iront parfaire leurs connaissances en stage dans la communauté. La communauté de Puvirnituq a d'ailleurs cédé un terrain en plein cœur du village qui servira à y construire la résidence étudiante. De plus, la RSSSN est ouverte à engager des étudiants en soins infirmiers ayant fait leur stage dans leur centre de santé à exercer à titre de candidat à l'exercice de la profession infirmière (CEPI).

Un projet de recherche est en cours au Cégep de Chicoutimi afin d'optimiser la préparation des étudiants allant faire un stage dans le Nord. En effet, des simulations cliniques en santé seront développées selon les besoins issus des PP. Ces simulations sont organisées au Centre interdisciplinaire de simulations en santé (CISS) du Cégep de Chicoutimi et ont comme intention pédagogique de développer les compétences culturelles des différents apprenants en santé afin d'optimiser l'offre de soins de santé au PP et ainsi en assurer la qualité et la sécurité. Le projet de recherche est en cours de déploiement et sera investi dans la préparation des étudiants qui iront dans le Nord (en stage). La compréhension de la culture et des valeurs en amont au stage sera bénéfique pour les futures cohortes. Cela amènera une compréhension plus rapide de l'approche culturelle et la façon d'intervenir sécuritairement. 

 

Auteures :

Nancy Vaillancourt, B. Sc. Inf. (Instigatrice de CChic dans le Nord et enseignante en soins infirmiers au Cégep de Chicoutimi)

Isabelle Bouchard, M. Sc. Inf. (Responsable du Centre interdisciplinaire de simulations en santé et responsable des projets de recherches au Cégep de Chicoutimi)

Allan, B. et Smylie, J. (2015). First peoples, second class treatment: The role of racism in the health andwell-being of Indigenous peoples in Canada. Toronto, ON: Wellesley Institute, 20 p. Saisi de http://www.wellesleyinstitute.com/wp-content/uploads/2015/02/Summary-First-Peoples-Second-Class-Treatment-Final.pdf

Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador. (2016). Enquête régionale sur la santé des PN du Québec : accessibilité et utilisation des services de santé, Québec, QC

Conseil canadien de la santé. (2012). Empathie, dignité et respect – Créer la sécurisation culturelle pour les Autochtones dans les systèmes de santé en milieu urbain, 78 p. Saisi de :  http://publications.gc.ca/ collections/collection_2013/ccs-hcc/H174-39-2012-fra.pdf

Conseil en éducation des Premières Nations. (2020). Éducation des Premières Nations au Québec : La 15e compétence : comprendre et apprendre pour combattre le racisme systémique. Saisi de https://www.newswire.ca/news-releases/education-des-premieres-nations-au-quebec-la-15e-competence-comprendre-et-apprendre-pour-combattre-le-racisme-systemique-800367846.html

MacMillan, H. L., MacMillan, A. B., Offord, D. R. et Dingle, J. L. (1996). Aboriginal health. Canadian Medical. Association Journal, 155(11), 1569-1578.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. (2020). Des soins de santé respectueux et humains pour tous. Saisi de https://www.oiiq.org/des-soins-de-sante-respectueux-et-humains-pour-tous

Santé Canada. (2016). Maladies et état de santé. Repéré à http://www.hc-sc.gc.ca/fniah-spnia/diseasesmaladies/index-fra.php).

Tousignant, M. et Morin, N. (2012). Les défis de la socialisation des enfants chez les Premières Nations du nord du Québec. Dans Y. Leanza, C. Brisset et C. Sabatier (dir.), Adaptation et socialisation des minorités culturelles en région (p. 87-100). Québec: Presses de l’Université Laval.

Recherche

Mots clés

TD