-A +A
Partager sur Facebook
COMITÉ JEUNESSE

COMITÉ JEUNESSE

Jérémie Beaudin, inf. B. Sc.
Responsable des publications du CJORIISLSJ-NQ

Gériatrie et PTI : ça rime ! (Et ça s’arrime) 

Avant de commencer, j’aimerais prendre un moment pour souligner une étape importante pour la discipline infirmière au Québec. En tant que Comité jeunesse régional, nous saluons les gains majeurs des infirmières praticiennes spécialisées (IPS), mais, surtout, l’amélioration de l’accès aux soins de santé pour la population en général. Avec les dernières avancées des IPS quant aux diagnostics de maladies chroniques (OIIQ, 2019), la profession infirmière continue à prendre de l’importance dans le réseau de la santé.

À présent, j’aimerais aborder succinctement un sujet qui m’a échappé lors de l’édition de février 2019 : le plan thérapeutique infirmier (PTI). Dans cette publication, nous avons couvert des sujets importants pour la pratique infirmière, soit le leadership infirmier, le jugement clinique et la documentation des soins. Or, les infirmières et infirmiers utilisent de nombreux documents pour consigner les notes d’évolutions, mais l’un d’eux ressort du lot. Encore à ce jour, le PTI est l’objet de multiples écrits et ne fait pas l’unanimité, même s’il constitue une norme inscrite dans la loi :

L’INFIRMIÈRE CONSIGNE AU DOSSIER DE CHAQUE CLIENT, DANS UN OUTIL DE DOCUMENTATION DISTINCT, LE PLAN THÉRAPEUTIQUE INFIRMIER QU’ELLE DÉTERMINE AINSI QUE LES AJUSTEMENTS QU’ELLE Y APPORTE SELON L’ÉVOLUTION CLINIQUE DU CLIENT ET L’EFFICACITÉ DES SOINS ET DES TRAITEMENTS QU’IL REÇOIT. (OIIQ, 2006)

Donc, légalement parlant, les infirmières et infirmiers doivent obligatoirement travailler avec le PTI. Mal-aimé, il constitue néanmoins un réel outil de suivi et demeure le document de référence pour inscrire le résultat de votre jugement clinique. Vous souvenez-vous de mon dernier article concernant la méthode SOAP ? Le « A» et le «P» seront consignés au PTI.

Le PTI nécessite d’être apprivoisé et, comme dans l’apprentissage de la bicyclette, son utilisation répétitive fera de vous des experts en la matière. Pour celles et ceux désirant en apprendre davantage sur le PTI et réapprivoiser cet outil, plusieurs liens utiles sont à votre disposition sur le site de l’OIIQ.

Le Comité jeunesse prépare un atelier intitulé : « Le PTI... n’en faites pas une montagne! » afin de répondre à vos besoins et décrire dans le détail son utilisation. Pour les personnes intéressées, nous serons au Colloque des sciences infirmières de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) le 1er mai prochain. Je vous invite personnellement à y participer. En plus de bénéficier d’heures accréditées, vous pourrez assister à plusieurs conférences et ateliers. Cette année, la gériatrie est à l’honneur.

Dans un contexte de population vieillissante, la place des infirmières et infirmiers est primordiale et leur jugement clinique, nécessaire. Avec des soins de santé de plus en plus complexes, le PTI permet de repérer rapidement les problèmes prioritaires et de laisser la marque indélébile de votre expertise dans le dossier du patient.

Jérémie Beaudin, inf., B. Sc.
Responsable des publications du CJORIISLSJ/NQ

 

Références :

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. (2006). Le plan thérapeutique infirmier: les traces des décisions cliniques de l’infirmière. Montréal, Québec.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. (2019). Le diagnostic pour les IPS : une reconnaissance officielle des expertises infirmières! Repéré à: https://www.oiiq.org/le-diagnostic-pour-les-ips-une-reconnaissance-officielle-des-expertises-infirmieres-?inheritRedirect=true&redirect=%2F

 

Recherche

Mots clés

TD