-A +A
Partager sur Facebook
ACTUALITÉS RÉGIONALES

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Un 13e Colloque en sciences infirmières pour l’UQAC  

C’est toujours un plaisir de partager l’invitation annuelle du Colloque en sciences infirmières de l’UQAC, qui en est à sa 13e année. La qualité des ateliers et des conférencières ne se démentant pas, les professionnelles en soins infirmiers de toute la région et de celle du Nord-du-Québec sont au rendez-vous! Pour une deuxième année, le Colloque sera diffusé en direct et de façon interactive dans les sites distants de Sept-Îles, Chibougamau et Baie-Comeau afin de toucher un plus grand nombre de personnes.

Il aura lieu le mercredi 1er mai 2019, toujours au Centre des congrès de l’hôtel Delta, à Saguenay. Voici le thème abordé : « De la théorie à la pratique, cultivons l’excellence dans les soins aux aînés ».

Afin de connaître en détail le programme officiel et vous inscrire, consultez le site Web : http://colloques.uqac.ca/scinf/

 

Congrès SIDIIEF 2018   

Du 3 au 6 juin dernier, j’ai participé avec grand plaisir au dernier Congrès du SIDIIEF à Bordeaux, en France, grâce au soutien financier de l’Ordre régional des infirmières et infirmiers du Saguenay–Lac-Saint-Jean–Nord-du-Québec qui a octroyé deux subventions à deux membres. À ce titre, je souhaite vous faire part de mon expérience.

La participation à ce Congrès m’a permis de me familiariser davantage avec cette organisation internationale non gouvernementale (OING) regroupant des membres d’expression française pratiquant la profession d’infirmière. Le SIDIIEF a pour mission de faciliter le réseautage des infirmières de la francophonie, de valoriser le leadership infirmier et de promouvoir la contribution des infirmières au développement de la santé des populations. Cet organisme a de l’influence et appuie les actions politiques de ses membres dans leur région ou leur pays.

Le SIDIIEF prend position sur divers sujets d’ordre mondial, par exemple l’infection au VIH en Afrique francophone, la qualité des soins et la sécurité des patients, l’éradication de la mutilation génitale. Lors du 7e Congrès mondial de juin dernier intitulé « La profession infirmière engagée vers l’avenir : chercher, innover, soigner », le SIDIIEF a pris position sur la pratique infirmière avancée.

L’événement de plusieurs jours s’est déroulé au Palais des congrès de Bordeaux. Environ 1 800 personnes représentaient 28 pays de la francophonie sur trois continents. Seuls points communs : l’amour de la profession infirmière et du français. Haut lieu de métissage culturel, ce Congrès est une occasion unique de s’enrichir du savoir et de l’expérience de l’autre. Les 1 800 individus, et tout autant d’expériences personnelles, de contextes de travail, de difficultés et d’obstacles. J’ai constaté à quel point les gestes de soins peuvent être à la fois les mêmes et si divergents. À Genève, Abidjan ou Chicoutimi, les défis sont souvent similaires, comme la reconnaissance du rôle et de l’autonomie professionnelle, l’élargissement de ce rôle et la hiérarchie du système de soins. Cependant, les contextes de la pratique infirmière diffèrent énormément d’un lieu à l’autre : les conditions de travail et socioéconomiques, ainsi que l’influence des décideurs et, même, des représentants religieux.

Il m’est difficile, voire impossible, de résumer le contenu des dizaines de conférences auxquelles j’ai assisté. Toutefois, je tiens à souligner la représentation impressionnante du Québec. La conférence d’ouverture de Mme Francine Ducharme, professeure et doyenne de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal, portant sur le leadership politique des infirmières était des plus inspirantes. Malgré ses difficultés législatives, le Québec peut se targuer d’avoir une pratique infirmière avancée, riche et exemplaire. À un point tel que nombre de chercheurs et cliniciens appuient les initiatives d’intégration de la pratique infirmière avancée dans d’autres pays, notamment en France, en Suisse et au Bénin.

Le Saguenay–Lac-Saint-Jean était fièrement représenté par Mmes Isabelle Boulianne et Nancy Houde qui présentaient une affiche explicative du projet ACCEPt, soutenu financièrement par le réseau Force. Ce projet vise l’intégration des soins palliatifs en première ligne dès l’annonce du diagnostic de cancer par le médecin de famille. Dans ce projet novateur, la mise en premier plan du rôle de l’infirmière clinicienne du Groupe de médecine familiale (GMF) a suscité un vif intérêt à Bordeaux.

Le prochain congrès triennal se tiendra à Ottawa en 2021. Je vous invite fortement à y participer afin de découvrir les multiples facettes de la profession infirmière dans la francophonie mondiale.

Marilyne Dionne, IPSPL
Professeure associée de clinique Université de Sherbrooke
GMF-U de Chicoutimi.

 

Référence consultée : sidiief.org

Recherche

Mots clés

TD